GIT, le comprendre et l’implémenter

Perdre une version du code source de son site web est probablement l’une des choses les plus catastrophiques dans la vie d’un développeur. Pour éviter ce genre de phénomène, un logiciel permet une bonne gestion des différentes versions de votre site web : GIT. Facile à implanter dans votre cPanel, c’est un premier pas efficace lors de la création de celui-ci.

Fondé en 2005 par Linus Torvalds, également derrière Linux, GIT est un logiciel libre de gestion des versions de code source. Chaque fois qu’un contenu est modifié, il va l’enregistrer et le stocker. Utilisé par plus de 14 millions de personnes et possédant plus de 35 millions de dépôts, c’est de loin le logiciel le plus utilisé pour combler ce type de besoins et le plus grand répertoire de code source au monde.

Le logiciel fonctionne sur 2 structures de données: une base d’objets et un cache de répertoires. Les objets se divisent en 5 types. Un blob, qui se veut un acronyme pour «binary large object» représente le contenu brut d’un fichier. Le tree, quant à lui, représente une arborescence de fichiers et est composé de plusieurs blobs et des informations qui leurs sont reliés, comme des permissions. Les commits sont une arborescence de trees enrichies de métadonnées qui comprend entre autres un message de description et le nom de l’auteur. Les tags, dans leur cas, sont ce que nous décrivons précédemment comme les différentes métadonnées accompagnant les commits. Finalement, les branchs sont les liens contribuants à l’avancement du projet. Tous les objets contiennent une couche intermédiaire, qui permet d’établir les liens entre les objets et leurs arborescences.

Mais quels sont les avantages à posséder un logiciel de ce type? Il y en a plusieurs. Tout d’abord, le développement d’un site web n’est jamais l’affaire d’une seule personne. Donc d’avoir un logiciel favorisant le développement collaboratif en permettant la synchronisation des performances est essentiel. Pour GIT, c’est un logiciel libre, donc il n’a aucune obligation reliée à son utilisation. De plus, il possède une modalité permettant de travailler en mode hors connexion. De plus, son réseau social associé, GitHub, fait spécialement pour les développeurs, partage une multitude d’information proposant un système de gestion de bugs, de propositions de modifications, un gestionnaire de tâches, un wiki et des graphiques.

Après en avoir vanté les bénéfices, passons à l’installation de celui-ci, via la plateforme cPanel. Tout d’abord avant de faire quoi que ce soit avec GIT, il faut passer par la création de référentiels qui sont des bases de données répertoriant les différents objets. Pour y procéder, il faut d’abord se connecter à votre compte et accédez à l’interface principale de GIT Version Control. Par la suite, vous cliquez sur le bouton créer, situé à côté de la mention, “Vous n’avez pas présentement de référentiels”. Après y avoir entré un nom, un chemin d’accès et avoir cliqué sur le bouton créer une nouvelle fois, il vous faudra cloner ce nouveau référentiel sur votre ordinateur local. Revenez alors à la liste de référentiels, cliquez sur le bouton de développement de celui dont vous venez de créer et copier l’URL du référentiel “clone” dans le presse-papiers. Cette copie sera le référentiel hébergé directement dans cPanel, alors que l’original sera votre copie locale. Finalement, dans la page de réussite de création de votre référentiel, sélectionnez la commande ‘git clone’.

Bon, votre premier référentiel est maintenant créé, le temps est donc venu de configurer votre workflow. Pour vous assurer de ne pas transférer accidentellement, créer un objet branch distinct. Ensuite, dirigez cette branche vers le référentiel que vous venez de créer. À partir de cette étape, votre ordinateur est maintenant connecté à la succursale de votre compte cPanel. Après, pour finaliser ce workflow, il ne vous restera qu’à mettre à jour la branche nouvellement créée. Voilà, votre logiciel GIT est désormais installé en fonctionnel.

Pour plus d’information, voici un cas d’utilisation sur l’offre The World PlanetHoster : Cas d’utilisation: Environnement Prod et Staging distincts avec GIT

 

Gardez le tout à jour, un aspect essentiel et important

Pour pouvoir garder vos référentiels efficaces et complet, c’est essentiel de les garder à jour. Contrairement aux autres hôtes, cPanel inclut l’accès à l’arborescence de votre travail ; c’est donc pourquoi il est nécessaire de travailler sur le référentiel à partir de votre ordinateur local.

Un aspect important pour la réalisation d’une mise à jour efficace, c’est d’établir une stratégie de branchement organisée, avec l’extension Git-Flow, dont un tutoriel élaboré par Vincent Driessen et Daniel Kummer est disponible ici. Après l’avoir installé, il faut l’initier dans un référentiel existant. Puis, vous pouvez commencer ensuite à développer un feature, ou un sous-branchement, pour être plus spécifique. Cette sous-branche peut être également finalisée si besoin, avec la fonction git flow feature finish MYFEATURE. Elle peut être également publiée et reprise si besoin et des hotfix peuvent être établis et finalisés aussi.

 

Un compte sécuritaire en vaut mieux que 10 bâclés

Évidemment, ce qu’il ne faut pas négliger, c’est les bonnes pratiques de sécurité pour préserver les données placées dans GIT en lieu sûr. Lorsque vous exécutez les commandes locales «push» et «pull», GIT vous demandera de valider celles-ci en vous demandant le mot de passe de votre compte cPanel. Pour pouvoir passer à travers cette étape sans compromettre la sécurité de celui-ci, l’interface SSH Access vous offrira l’option de passer par dessus celle-ci.

En terminant, plusieurs autres pratiques sont courantes afin de garantir la sécurité de votre logiciel GIT. Tout d’abord, pour ce qui est de l’identité de votre compte, n’utilisez jamais, mais au grand jamais de compte partagé pour passer des changements. De plus, ne jamais assumer l’identité de l’auteur d’une commande commit par rapport au nom d’utilisateur qui l’a réalisé. Toujours exiger que la commande soit signée. Pour ce qui est de l’accès au système en tant que tel, on suggère fortement que la double authentification soit activée, de limiter les droits d’accès aux projets au plus petit nombre de gens possible et de déployer des protocoles appropriés allant jusqu’au cryptage de la transmission du code.

Avez-vous d’autres conseils pour rendre le travail avec GIT de façon encore plus efficace? Si oui, laissez-nous le savoir dans les commentaires!


facebooktwitterlinkedin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Auteur

Julie Côté
Journaliste
Tout récemment détentrice d’un baccalauréat en journalisme de l’UQAM, mon amour pour le web date cependant depuis bien plus longtemps. J’ai débuté comme chroniqueuse d’un podcast en 2012, bien avant que le terme soit reconnu au Canada.