Que valent les comparateurs de prix en ligne ?

Mutuelles, voyages, vêtements ou encore électroménager…. Il est aujourd’hui possible de tout comparer sur Internet. En quête de la meilleure affaire possible, huit internautes sur dix utiliseraient ainsi des sites de comparateurs de prix. Mais comment fonctionnent ces plateformes Internet ? Et pouvons-nous leur faire confiance ?

 

 

Un référencement payant

 

Rien n’est gratuit dans le monde des comparateurs de prix. Pour exister sur sur ces sites, chaque entreprise doit ainsi payer son droit de présence. En effet, les comparateurs référencent uniquement les marques avec lesquelles ils ont passé un contrat commercial basé sur « le coût par clic ». Selon le produit, elles payent entre 8 et 35 centimes pour chaque clic réalisé sur l’un de leurs produits.

Ainsi, plus le produit attire les clics, plus la marque met la main au portefeuille et plus le comparateur gagne de l’argent. Alors, naturellement, face aux bénéfices engrangés par la popularité d’un produit, le comparateur préfèrera le mettre en tête de page.

 

Un classement biaisé

 

 

Pour booster un peu plus ses produits sur les sites des comparateurs de prix, les marques peuvent aussi s’acquitter d’une somme plus importante par clic. Leurs produits seront ainsi classés dès les premières pages et/ou dans des catégories subjectives comme «produits les plus populaires » ou « produits les plus pertinents ». Une publicité qui ne porte pas son nom mais qui permet bien à ces marques de bénéficier de plus de visibilité.

Pour vérifier, nous avons ainsi cherché un iPhone 4, un casque Marshall et une PlayStation 3 sur le même site de comparateur de prix. A chacune de nos recherches, le comparateur nous a ainsi proposé en priorité des produits vendus par l’enseigne française : La Fnac. Il a ainsi classé les produits selon l’un des ses plus importants clients et non par rapport aux différences de prix ou à d’autres caractéristiques du produit.

 

  • Le comparateur de prix propose en priorité des iPhone 7 proposés par l'enseigne La Fnac

 

 

Toutes les marques ne sont pas donc pas référencées par les comparateurs de prix. Seuls leurs clients ont le droit à cette visibilité et seules les marques rentables pour les comparateurs de prix en ligne sont placées en tête de gondole.

 

Des comparateurs de prix peu transparents

 

Si la loi européenne oblige tous les opérateurs de plateforme à délivrer aux consommateurs des informations loyales, claires et transparentes, certains comparateurs de prix semblent l’avoir oublié. Plusieurs sites ont ainsi été réprimandés par la justice. En 2017, La Commission européenne et 28 pays ont enquêté sur 352 comparateurs de prix et de réservation de voyage en ligne. L’investigation a prouvé que  les deux tiers de ces sites présentaient des « irrégularités et des « prix pas fiables ». Par exemple :

  • 32% des sites ont affiché un prix en premier lieu qui n’était pas le même que le prix final affiché sur la page de réservation.
  • 30% de ces comparateurs manquaient également de clarté concernant le calcul des prix total proposés.

 

 

 Les pratiques abusives de Google Shopping pour écraser la concurrence

 

 

Parmi les comparateurs de prix dans le viseur de la justice européenne, nous retrouvons Google Shopping. En 2017, le géant américain avait déjà écopé d’une amende record de 2,4 milliards d’euros pour avoir abusé de sa position dominante. Après 6 années d’enquête, la Commission avait finalement réussi à prouver que Google donnait un avantage conséquent à son comparateur de prix Google Shopping, dans son référencement et renvoyait ses rivaux dans des pages lointaines pou réduire leur visibilité.

Depuis cet automne, Google Shopping est cette fois-ci soupçonné par la Commission et par 14 compétiteurs d’avoir délibérément faussé les résultats de son outil de comparaison pour pouvoir vendre des espaces publicitaires. Il aurait ainsi conseillé ses clients de créer de faux sites proposant les mêmes produits mais à des prix bien plus chers pour pouvoir bénéficier d’un meilleur référencement sur Google Shopping.

 

 

Crédit : Commission Européenne

 

 

Savoir décoder un comparateur de prix

 

 

Pour choisir un comparateur de prix, faut-il savoir le décoder. Pas toujours visibles, peu compréhensibles, ces sites sont munis de nombreuses conditions liées aux classements des marques. Afin d’attirer toujours plus de consommateurs, les comparateurs cherchent à proposer les prix les plus bas. Pour y arriver, certains site Internet proposent des prix d’appel trompeurs (trop bas pour être réels) et n’annoncent pas directement certaines modalités de vente comme les frais de réservation ou de gestion.

Ce manque de fiabilité ou de loyauté des informations diffusées par les comparateurs de prix à fait l’objet d’une enquête menée par le Conseil National de la Consommation français. Il s’est notamment penché sur la représentativité des offres comparées et à leur indépendance.

Malgré l’existence d’une Charte de confiance des sites comparateurs  créée en 2008 pour assurer plus de transparence (dont celui d’afficher des prix incluant tous les frais), le CNC a de nouveau reproché en 2016 à de nombreux comparateurs « des informations affichées sont incomplètes, voire inexactes ».

 

Choisir un comparateur collaboratif

 

Alors pour s’assurer de l’honnêteté d’un comparateur de prix, mieux vaut être curieux. Une fois, votre choix fait entre les différents produits proposés par le comparateur, vous devez inspecter le détail des contrats et des garanties. Soyez rigoureux car certains sites ne sont pas aussi indépendants qu’ils y paraissent. C’est le cas par exemple de plusieurs comparateurs de mutuelles financés par… des assureurs. On peut alors se questionner sur leur partialité lors de leur référencement des produits.

Préférez ainsi des comparateurs indépendants et collaboratifs comme Cross Shopper où une communauté de shoppers freelances recherchent les meilleurs affaires. Si le site propose également aux marques de payer pour être référencer sur ses pages, il présente également les marques non clientes trouvées par ses chercheurs de bonnes affaires.

 

 

Finalement, pour trouver un bon comparateur de prix… mieux vaut les comparer eux aussi !

 

 

 

 

 


facebooktwitterlinkedingoogle

S'abonner à la newsletter:



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Auteur

Victoria K.
Journaliste chez PlanetHoster
Pour la petite histoire, j’ai été formée au journalisme en France. Ma formation terminée, j’ai travaillé pour la presse WEB avant de me lancer dans le monde audiovisuel où j’ai enquêté et réalisé des documentaires pour la télévision française.