Un fléau à faire disparaître, les commentaires indésirables

Des commentaires dans une autre langue, d’autres provenant d’une agence d’escortes et certains parfois, illisibles… ils sont difficiles à enrayer, ces commentaires indésirables et ce, avec leur présence dans tous les types de CMS. Il existe plusieurs manières de les enrayer, mais les méthodes varient selon les systèmes de gestion de contenu. Nous verrons aujourd’hui comment s’en débarrasser avec 3 des 6 systèmes les plus prisés des utilisateurs : WordPress, Joomla et Drupal.

Mais comment ces commentaires peuvent-ils être dommageables pour votre site, voire même destructeurs ? D’abord, ils peuvent grandement affecter les résultats dans les moteurs de recherche, et nuire à votre crédibilité auprès des commentateurs légitimes. Pour éviter ce type de scénario, voici différents trucs répartis par différents CMS.

 

WordPress

WordPress, dans son tableau de bord, possède une section dédiée à la modération des commentaires. On peut y accéder via la section Réglages > Commentaires.

Dans cette section, vous pouvez faire les actions suivantes, afin de pouvoir vous aider :

1. Désactiver tous les commentaires

Ça peut paraître extrême comme solution, mais certains types de sites n’ont pas besoin d’une section de commentaires. Les sites sans blogue, les sites consacrés à fournir des informations via des pages statiques, plutôt que de générer des conversations, les sites d’entreprise dont les commentaires peuvent affecter la crédibilité, et les sites possédant un forum sont entre autres quelques exemples.

Dans la section « Réglages des commentaires », vous décochez tout simplement la mention « Autoriser les commentaires sur les nouvelles publications » et le tour est joué.

2. Forcer les usagers à s’identifier

Au lieu de complètement désactiver les commentaires, obliger le commentateur à s’identifier avant de commenter peut représenter une option supplémentaire. Ainsi, étant donné l’identification obligatoire, le risque de commentaires générés par des bots est de moins en moins probable. Pour forcer le commentateur à s’identifier, il suffit tout simplement de garder coché l’énoncé « L’auteur d’un commentaire doit renseigner son nom et son adresse de messagerie ».

3. Activer la modération des commentaires

Les fonctions intégrées dans WordPress apportent déjà un aspect intéressant, côté modération des commentaires. Il y a d’abord la possibilité d’approuver manuellement chacun d’entre eux. Cela ne réduira pas le spam, mais permettra une sélection de ce qui est affiché en ligne. Pour modérer les commentaires de façon manuelle, dans la section « M’envoyer un message lorsque » et à la sous-section « Avant la publication d’un commentaire. » Cochez la case « Le commentaire doit être approuvé manuellement ».

Il y a également le moyen d’avoir une certaine forme de modération de commentaires, avec la possibilité d’avoir un courriel à chaque fois qu’un commentaire est publié. Pour ce faire, dans la même section mentionnée précédemment, cochez l’option « m’envoyer un message lorsque… » « Un commentaire est en attente de modération ».

4. Créer une liste de mots proscrits et interdire les liens

Si vous cherchez à pouvoir éviter le spam et avoir le moins de travail manuel à effectuer, ce truc pourrait être efficace pour vous. En établissant une liste noire, il y a moyen de limiter les sujets de conversation, d’éviter de mentionner des compétiteurs et des liens externes non désirés. Pour débuter cette liste, allez dans le champ « Liste Noire » pour les commentaires et saisissez les mots ou phrases de la liste noire, un par ligne. Il n’est pas nécessaire de se limiter à des mots : ils peuvent inclure des adresses courriel, des URLs de sites web, des adresses IP, ou tout ce que vous souhaitez inclure.

5. Désactiver les commentaires d’un article spécifique

Si vous tolérez habituellement les commentaires sur vos publications, mais que vous pensez que la zone de commentaires de votre prochaine publication risque de faire des flammèches, cette option pourrait représenter une opportunité intéressante pour vous.

Dans la section « Articles », trouvez l’article que vous souhaitez modifier et cliquez sur son nom pour ouvrir l’écran de modification de l’article.

Dans le panneau  «Document » à droite, faites défiler l’onglet « Commentaires » et ouvrez-le. Décochez la case « Autoriser les commentaires » pour désactiver les commentaires sur cet article.

 

Joomla

Le spam Joomla est un phénomène connu qu’il ne faut pas prendre à la légère. On parle de messages et de commentaires envoyés en masse dans les formulaires de contact. Pour se débarrasser de ce problème majeur, on conseille largement l’installation des balises ReCaptcha et HCaptcha, dont la procédure est indiquée dans le lien ici. Sinon, pour régler un problème urgent qui persiste, faites auditer votre site par un prestataire Joomla. Ce dernier prendra le temps de vérifier point par point si votre site est infecté et pourra également vous donner des conseils et vous proposer une migration si votre site est obsolète.

 

Drupal

Avec Drupal, les modules ReCaptcha et HCaptcha fonctionnent assez bien pour isoler le SPAM également. En plus, pour ce CMS spécifique, il y a une possibilité de sous-traiter la modération des commentaires avec une application externe. Disqus et Livefyre sont entre autres quelques exemples de ce type d’application. Aussi, le module Honeypot est assez intéressant pour la gestion des commentaires nocifs. Il ajoute un champ supplémentaire pour les bots à ne pas remplir. S’il est rempli, le commentaire ne sera pas publié et l’utilisateur sera banni.

Et vous, quel genre d’extension utilisez-vous pour vous protéger des commentaires indésirables ?


facebooktwitterlinkedin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Auteur

Julie Côté
Journaliste
Tout récemment détentrice d’un baccalauréat en journalisme de l’UQAM, mon amour pour le web date cependant depuis bien plus longtemps. J’ai débuté comme chroniqueuse d’un podcast en 2012, bien avant que le terme soit reconnu au Canada.