5 erreurs courantes d’appel à l’action (CTA) que vous devez éviter

Vous êtes fier de votre site Web. Vous avez travaillé dur sur vos offres.Vous pensez connaître votre public comme votre poche. Pourtant, les utilisateurs ne répondent pas à vos appels à l’action (CTA) et le trafic de votre site web est en berne.

Pourquoi vos appels à action ne fonctionnent pas comme ils le devraient ?

En réalité, il y a plusieurs raisons qui peuvent impacter vos appels à l’action (CTA)  :

  • Vous écrasez les utilisateurs avec trop d’options.
  • Vos CTA sont difficiles à trouver.
  • Vos CTA ne sont pas optimisés pour le mobile.
  • Vous utilisez la mauvaise langue.
  • Vous utilisez un formulaire trop long et compliqué.
  • Vous en demandez trop sans rien offrir en retour.
  • Vous avez omis les avantages de votre offre.
  • Vos choix de couleurs sont mauvais.
  • Vous vous appuyez sur un seul point de conversion.

La bonne nouvelle : vous pouvez réparer ces CTA dysfonctionnels. Il suffit simplement de diagnostiquer le problème et d’effectuer la réparation. Considérez-vous comme un mécanicien du CTA. Il est temps de relever le capot, de trouver où se situe le problème et de le régler. Vous pourrez ainsi vous remettre sur la voie du succès.

 

Problème #1 : Vos appels à action proposent trop de choix

 

 

 

Votre site web est-il surchargé de possibilités ? En effet, trop de choix peuvent submerger vos visiteurs et les empêcher de faire un choix. Plusieurs études ont montré que la majorité des conversions se produisaient lorsque les consommateurs avaient moins d’options au moment de faire un choix. Concentrez-vous sur un objectif principal pour la conversion, puis utilisez vos CTA pour guider les gens à travers cet entonnoir spécifique.

Afin d’être stratégique quant aux CTA  et que vous éliminez les bons, déployez des tests A/B.  Vous pouvez ainsi faire tester vos CTA auprès d’un échantillon d’utilisateurs. Ce processus vous aidera à déterminer exactement quels appels à l’action doivent être lancés.

Ensuite, éliminez les CTA peu performants qui gênent les visiteurs du site et réduisez votre chemin vers la conversion.

 

Problème #2 : Vos CTA sont trop compliqués

 

 

Demander trop d’informations peut aussi entraver la performance de vos appels à action. Vous en avez probablement déjà fait l’expérience. Demander trop d’informations sur l’utilisateur au cours du processus d’inscription peut faire douter l’utilisateur de la conversion. Les données prouvent que le fait de demander moins d’informations dans les formulaires opt-in a un impact positif sur la conversion.

Demandez ainsi que les données indispensables et rendez certains champs facultatifs. Plus vous en demandez aux utilisateurs, moins ils sont susceptibles de se convertir.

Problème #3 : Vos CTA sont introuvables

 

 

 

 

Parfois, les appels à l’action ne fonctionnent pas parce que les utilisateurs ne peuvent tout simplement pas les trouver. Soit ils sont enfouis dans le texte et le graphisme, soit ils sont trop bas dans la page, soit ils ne se trouvent pas dans la zone de visibilité commune ou dans la zone de trafic de la souris, soit ils sont un lien texte au lieu d’un bouton bien visible qui se démarque du reste de la page.

Pour réparer un appel à l’action difficile à trouver, vous devez recueillir des données initiales sur l’utilisateur. Vous pouvez faire un A/B teste afin de voir si votre CTA est bien repéré par vos visiteurs.

 

Problème #4 : Votre appel à action n’est pas adapté au mobiles

 

 

 

 

Vous savez à quel point les sites Web non mobiles peuvent être frustrants. Pouvez-vous imaginer essayer de cliquer sur les CTA d’une version non mobile ?

Et devinez quoi ? Les gens passent plus de temps sur leurs appareils mobiles que sur leur ordinateur. L’augmentation de l’utilisation des téléphones mobiles est stupéfiante, et elle augmente à une vitesse incroyable. Traduction : Vous avez besoin d’un CTA mobile et convivial. Si ce n’est pas déjà fait, il est temps pour vous d’apporter des changements et de répondre aux besoins de vos utilisateurs mobiles.

Assurez-vous que votre site Web, vos pages d’atterrissage et vos autres efforts de marketing (comme le courriel, par exemple) sont optimisés pour le mobile. Cela permet de garantir que vos textes, images et CTA s’affichent correctement (et sont faciles à lire) sur une variété d’appareils mobiles.

Quelques points clés à garder à l’esprit pour l’optimisation mobile des appels à l’action :

  • Les boutons doivent être grands et non encombrés. Rappelez-vous : les gens utilisent le bout de leurs doigts pour cliquer. S’ils sont trop petites ou trop rapprochées, cela créera une mauvaise expérience utilisateur, et vous frustrerez probablement la personne qui essaie d’utiliser votre appel à l’action.
  • Efforcez-vous d’obtenir une mise en page propre et facile à naviguer.

 

Problème #5 : Vous utilisez les mauvais mots

 

 

 

Les mots que vous utilisez dans votre appel à l’action sont plus importants que vous ne le pensez. Quelle formulation est la plus convaincante pour vous ? Celui qui vous invite à essayer quelque chose, ou celui qui vous demande de faire un achat ?

Voici ce qu’ils ne faut pas écrire :

  • Utilisation d’une formulation générique
  • Utiliser le même libellé CTA pour des segments nettement différents
  • Utilisation de la 2e ou 3e personne
  • Donner un sentiment d’urgence
  • Utiliser des mots qui donnent l’impression que l’utilisateur doit renoncer à quelque chose. (Soumettre, faire un don, donner…)

 

Si vous avez d’autres conseils à partager sur les CTA, n’hésitez pas à les partager !

 

Sur le même sujet :

Qu’est-ce qu’une favicon et pourquoi est-elle importante pour votre site web ?

6 étapes pour améliorer le trafic de votre site web

L’optimisation pour les moteurs de recherche (SEO) en chiffres

 


facebooktwitterlinkedin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Auteur

Victoria K.
Journaliste chez PlanetHoster
Pour la petite histoire, j’ai été formée au journalisme en France. Ma formation terminée, j’ai travaillé pour la presse WEB avant de me lancer dans le monde audiovisuel où j’ai enquêté et réalisé des documentaires pour la télévision française.